Immunité du sportif

Le système immunitaire préserve l’organisme des agressions par des agents infectieux. Il le protège notamment contre les infections les plus classiques, liées à des virus ou des bactéries, qui touchent les voies respiratoires supérieures (nez, gorge, bronches…). Il n’est pas rare de constater que les sportifs bien entraînés présentent de tels désagréments. Ces phénomènes sont d’autant plus gênants qu’ils interviennent bien souvent au moment des compétitions, quand l’athlète est le plus en forme ! Comment se fait-il qu’un sportif entraîné ait tendance à tomber malade ? Que peut-il faire pour renforcer ses défenses ?

Un système immunitaire en berne…

Plusieurs études suggèrent que les sportifs d’endurance sont plus à risque d’infections respiratoires durant les périodes d’entraînement intensif, ainsi que dans les heures et durant les deux semaines qui suivent les compétitions. Une diminution de certains composants du système immunitaire semble en être la raison. Des études menées par exemple sur des cyclistes très entrainés (20 000 km/an depuis plus de 4 ans), ou sur des nageurs professionnels, ont démontré que l’entrainement intensif de longue durée entraine la baisse significative du nombre de lymphocytes NK, les « Natural Killers », responsables de l’élimination des intrus dans l’organisme, ainsi que des concentrations d’immunoglobulines salivaires (anticorps), parallèlement à une augmentation des cytokines plasmatiques, marqueurs de l’inflammation (1, 2, 3).

Des solutions naturelles pour renforcer les défenses

Il serait tout de même dommage de passer à côté d’un objectif préparé pendant 6 mois ou 1 an ! Dans sa grande sagesse, la Nature a tout prévu et met à notre disposition des plantes et des substances nutritionnelles susceptibles de limiter l’impact d’un entrainement intensif sur le système immunitaire, venant renforcer l’organisme temporairement fragilisé.

Les compléments nutritionnels constituent ainsi des aides précieuses, à associer à une alimentation équilibrée faisant la part belle aux fruits et légumes, à quelques mesures d’hygiène (se doucher après l’entrainement, se laver les mains régulièrement), et à une bonne gestion des « après-entrainements » (se couvrir de manière adéquate, s’étirer au chaud...).

Focus : Les probiotiques

Dans un organisme sain, le tube digestif est colonisé par environ 100 000 milliards de bactéries appartenant à 400 espèces différentes, qui contribuent à la digestion et à la défense de l’organisme vis-à-vis des agressions extérieures. Certaines conditions (entrainement intensif, alimentation déséquilibrée, stress, fatigue, prise d’antibiotiques…) affaiblissent la flore endogène et la déséquilibrent, entrainant troubles et risques pour l’organisme. Les probiotiques sont des micro-organismes utiles qui colonisent la flore intestinale pour la « repeupler » lorsque cela est nécessaire et pour en renforcer l’activité métabolique. Certains probiotiques rigoureusement sélectionnés sont utiles à la restauration de l’immunité déprimée chez le sportif. Des études cliniques ont démontré que le Lafti® L10, une souche brevetée de Lactobacillus helveticus, renforce la réponse immunitaire chez les athlètes fatigués en augmentant la sécrétion d’interferon, un acteur clé du système immunitaire impliqué dans la protection contre les infections, notamment virales. Il renforce les défenses naturelles et permet de récupérer plus rapidement en cas d’infection, notamment rhume, grippe… en réduisant les inflammations(4, 5, 6). Son action peut être synergisée par celle du Lactobacillus salivarius, qui accroît la réponse immunitaire.

Sources :
Passeport Santé